Rabbi Moshe Haim Luzzatto

Biographie

Le Ramhal est sans aucun doute un des plus grands Cabalistes de l’histoire du judaïsme. Né au début du 18ieme siècle à Padoue en Italie, il apprend auprès de son Maitre, Rabbi Israel Bashan et des l’âge de quatorze ans il connait déjà tous les grands écrits de la Cabbale, en particulier les ouvrages tres complexes du Arizal’ Mais son profil ne s’arrête pas à celui d’un érudit hors du commun. Alliant pratique cabaliste de la méditation (yihoudim) et piété intelligente et exemplaire, il obtient dès l’âge de dix-neuf ans la révélation de guides célestes, anges et âmes, qui lui permettent de rédiger très rapidement des textes en araméen du Zohar. C’est ainsi qu’il révèle un second Zohar de plus de trois mille pages, des nouveaux Tikounei Zohar, un Zohar sur Tehilim et d’autres textes qu’il écrit sous la dictée de ses mentors.

Une telle production n’est pas du gout des Rabbins de Venise, ville voisine et plus importante du point de vue de l’Autorité rabbinique. Ils font tout pour interdire au jeune homme, encore célibataire, d’écrire des textes cabalistiques, qui parlent en grande majorité de la rédemption. Il faut dire que l’on est à peine quelques cinquante ans après les ravages de l’épisode traumatisant du faux messie Shabbatai Tsvi. Ramhal reçoit cependant de sources pures et saintes et possède en lui l’âme de Moise, dont il porte le nom. Contraint de ne plus écrire en araméen, il rédige alors en hébreu plusieurs ouvrages majeurs et très profonds sur le Zohar (Adir Bamarom) ou sur la Cabbale lurianique (klalim, kalah pithei Hokhma et autres commentaires synthétiques).

Mais les rabbins de Venise n’entendent pas en rester là et l’obligent à quitter l’Italie et trouver refuge dans la ville ouverte d’Amsterdam. C’est en chemin, à Frankfort, que les juges du tribunal rabbinique local, avertis par leurs collègues de Venise, lui imposent de renoncer à enseigner la Cabbale.

Désormais, Ramhal n’utilisera plus le langage symbolique de la Cabbale mais s’exprimera dans le langage philosophique utilisé par Maimonide en son temps. Il rédige alors ses ouvrages les plus connus, comme Messilat Yesharim (la Voie des Justes), Derech Hashem (La voie de Dieu) ou Daat Tevounot (La Voie de la Direction divine).

Bien que classés généralement dans la catégorie des livres d’éthique (Moussar), ces ouvrages fondamentaux du judaïsme sont en fait une « traduction », en langage courant des données essentielles de la doctrine cabalistique. L’incident de Frankfort a cependant laissé des traces. Le tribunal lui ayant confisqué et enterré ses manuscrits, il nous manque aujourd’hui encore un certain nombre des ses écrits, et non des moindre : son fameux second Zohar, son Zohar sur l’Ecclésiaste, son Livre de Psaumes et autres interprétations de la Torah.

Finalement, Ramhal émigre en Terre d’Israël à Acco et décède deux ans plus tard à l’âge de 39 ans. Il est aujourd’hui enterré sur les hauteurs de Tibériade en Galilée Tombe du Ramhal Tibériade.

Doctrine

Le Ramhal est bien souvent connu comme un philosophe et Maitre du courant de l’Éthique (Moussar). Mais, il est avant tout un très grand Cabaliste. Dans une lettre qu’il écrit à son Maitre, Rabbi Israel Bashan, alors qu’il est déjà installé à Amsterdam, il précise qu’il continue plus que jamais ses méditations Cabalistiques. La Cabale relève pour lui de la Prophétie ou du mois de l’inspiration prophétique que l’on nomme Rouah Hakodesh (Esprit Saint). Le but de la « Science de Vérité » (selon le terme qu’il utilise le plus fréquemment) est d’établir et de renforcer la Foi (Emouna), par la compréhension des vérités métaphysiques fondamentales enfouies dans les mystères de la Torah. Ainsi s’agit-il d’expliquer et de comprendre les secrets de la Création qui soutiennent notre univers et les univers supérieurs. Mais il s’agit surtout, et c’est la mission de l’œuvre du Ramhal, de donner un sens au « pourquoi » de la Création à son but et au rôle que les créatures ont à y jouer. Le problème difficile de l’existence du mal et des ténèbres est abondamment traité et c’est leur disparition ou leur transformation qui constitue le processus de Rédemption d’Israël et du monde entier. L’œuvre du Ramhal est tournée principalement vers la Délivrance future, ce qui en fait un des auteurs qui à le plus parlé du thème du Mashiah. Son Zohar et surtout ses tikouney Zohar y sont quasiment entièrement consacrés.